Pâques est à suivre…

Ces fêtes de pâques que nous venons de vivre garderont une saveur particulière. Privés de ces moments importants l’an dernier, limités encore cette année dans leur mise en œuvre aux horaires bousculés, nous avons pu goûter, combien ces temps de mémoire étaient nourriciers pour notre foi.

 

Attendrons-nous encore une année pour pouvoir retrouver toute cette saveur. Non. Car la mémoire du dernier repas, du jour de la croix, de la proclamation de la résurrection ouvrent pour nous un autre temps qui est à vivre. Pâques est à suivre avec l’accueil de ce qui a été célébré dans la nuit. Victoire de la vie sur la mort. Victoire de l’Amour sur la haine… Victoire accomplie une fois pour toute, mais qui reste à actualiser dans nos vies…. La source est ouverte. Il faut y boire… et le Temps Pascal qui nous conduit vers la Pentecôte nous y invite…

 

A ce propos, il faut souligner un aspect important qui traverse les récits d’apparition du ressuscité. Même vainqueur de la mort, jésus dans son corps glorieux apparait aux disciples avec un corps marqués des blessures de l’histoire… « Il leur montra ses mains et son côté »… La résurrection n’est pas l’oubli du passé. Les traces de la violence infligée restent présentes et c’est avec ses marques indélébiles que le chemin se poursuivra, non pas comme une accusation pointée en permanence sur l’homme capable du meurtre, mais comme manifestation de cette autre victoire accomplie sur la croix, celle de l’amour qui n’oublie pas, mais qui ouvre à l’espérance d’autres chemins possibles pour celui qui a été l’auteur du mal commis… « Tu vaux plus que ta faute, que ta chute, que tes errances… Je crois en toi, capable d’avenir, malgré l’erreur… » Tel est l’amour de Dieu manifesté sur le visage du ressuscité…

 

Ceci éclaire aussi notre actualité. Car c’est aussi un corps blessé que nous retrouverons au sortir de ces fêtes. Celui d’une humanité aux mille visages, marquée par une crise sanitaire qui laissera des traces sur les corps et les cœurs… Perte d’emploi, fermeture d’entreprise, fatigue et moral en berne pour beaucoup, familles fragilisées, et toutes les questions économiques, sociales ou écologiques qui seront à porter pour ne pas recommencer comme avant, comme si de rien n’était…

 

A ce niveau, la résurrection célébrée ne pourra rester une promesse pour demain, pour après… Il s’agira de vivre en ressuscité dès aujourd’hui, ici et maintenant. « Vous êtes ressuscité avec Le Christ » dira Saint Paul à ses contemporains… Au moment de  nous souhaiter bonne Pâques, rappelons-nous que Pâques est à suivre, au souffle de l’Esprit, en sachant être présent au cœur de toutes les ruptures d’humanités, pour y rendre compte activement de l’espérance qui nous habite… La mort a été renversée… La vie l’a emporté… Il serait bon que cela passe vraiment dans nos vies…

 

Bon chemin de  Pâques à toutes et tous…

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *