Saint Josaphat Kuntsevych - évêque basilien et martyr à Vitebak (✝ 1623)

Jean Kuntsevych, né en Volhynie, en 1580. Il est encore adolescent à l'époque de l'Union de Brest (1596) où une partie de l'Eglise d'Ukraine se rattache à Rome et constitue l'Eglise gréco-catholique ou Eglise ruthène. A vingt ans, il entre au monastère de la Sainte Trinité à Vilnius, alors dans le royaume polono-lituanien, dans un monastère de l'ordre basilien et prend le nom de Josaphat. A trente ans, il en devient l'un des supérieurs. Déchiré en lui-même par cette séparation entre catholiques romains et orthodoxes, il se dévoue à la cause de l'unité, polémique avec les orthodoxes tout en gardant une grande douceur. Nommé évêque de Polock en 1617, il se trouve dans une région où les antagonismes sont exacerbés plus encore par des considérations politiques et culturelles que par des points de vue religieux. Au cours d'une émeute provoquée par des intégristes orthodoxes, alors qu'il accomplissait une visite pastorale à Vitebsk, il est lynché et jeté dans le fleuve, martyr pour son attachement à l'Eglise romaine. Béatifié par le pape Urbain VIII le 16 mai 1643 et canonisé par le bienheureux Pie IX le 29 juin 1867, il est le premier saint des Eglises uniates à être canonisé à Rome.Ses reliques se trouvent sous l'autel saint Basile dans la basilique Saint Pierre du Vatican.Voir aussi - lettre apostolique du pape Jean-Paul II à l'occasion du quatrième centenaire de l'union de Brest, le 12 novembre 1995, mémoire de saint Josaphat.- Saint Josaphat Kuntsevych 1580-1623 (en anglais) sur le site de l'Eglise catholique ukrainienne Saint Nicolas.Né dans l'orthodoxie, Jean Kuncewicz adhéra, dès sa jeunesse, à l'union catholique et, devenu évêque de Polotz sous le nom de Josaphat, il déploya un zèle constant à garder son troupeau dans l'unité, attentif à donner toute sa splendeur à la liturgie byzantine slave. Au cours d'une visite pastorale à Vitebsk, en 1623, il fut massacré par une foule déchaînée contre lui et mourut pour l'unité de l'Église et la défense de la vérité catholique.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.