Retour sur la célébration et de temps de prière pour les vocations – 17 avril 2021

Le samedi 17 avril 2021, Partage et Rencontre, la Pastorale des Jeunes et la Mission Ouvrière, en lien avec la paroisse St-Pierre-de-l’Océan, ont proposé un temps de célébration et de prière pour les vocations. Cette célébration a eu lieu au début de la neuvaine qui précédait la journée mondiale de prière pour les vocations.

C’est dans l’église de Notre-Dame de l’Espérance où Jean-Rex Casimir a été ordonné diacre le 26 septembre 2020, que cette célébration a eu lieu. En lien avec les textes qu’il a choisis, Jean-Rex, séminariste dans la paroisse de St-Pierre de l’Océan et qui repartira bientôt dans son pays de l’Ile Rodrigues, a pu nous partager son parcours, ses motivations et sa joie de devenir prêtre.

Dans l’Eglise, les vocations sont diverses. Aussi, nous avons pu également entendre d’autres témoins engagés :

  • Thomas comme prêtre : “Ma vocation est née dans un terreau familial catholique mais qui n’était pas pétri par l’engagement dans ma foi. Le service de l’autel était le seul lieu où je m’investissais dans la paroisse.Ainsi j’ai grandi en gardant très discrète ma foi, que je vivais en pratiquant tous les dimanches mais sans plus. Lors de mes études supérieures j’ai rencontré un prêtre avec qui j’ai pu avancer dans la question de ma vocation. Il m’a dit un jour : “Thomas, n’aies pas peur de dire oui au Seigneur en lui donnant tout, il te le rendra d’une manière différente”. Et de fait, en disant oui au Seigneur après un temps de combat intérieur, j’ai eu cette grâce d’être rempli de joie et de paix. Cette joie de me donner, d’être disponible pour me donner à tous au nom de Jésus ! J’ai sans doute reçu une grâce ou un charisme en répondant à cet appel ; celui de sourire : on me le dit assez souvent alors j’ai fini par le croire. Un charisme de contact que j’étais loin d’avoir dans ma jeunesse où j’étais quelqu’un de plutôt réservé, discret avec les gens que je ne connaissais pas. 

    Aujourd’hui ma vie de prêtre, je l’envisage comme la possibilité de donner la vie de Dieu à travers les sacrements et de communiquer la joie et la paix, qu’il est venu apporter au monde, à travers tout ce que je suis. 

    Comme disait le père Marie Eugène : “On témoigne bien plus par ce que l’on est que par ce que l’on dit. Il faut savoir dire, il faut savoir faire, mais il faut surtout savoir être !”

    Le père Lacordaire disait aussi : “C’est la bonté qui rendra Dieu populaire”.

  • les religieuses de la communauté de St-Marc : “Nous sommes les religieuses de Jeanne Delanoue. La congrégation est à Saumur dans le Maine-et-Loire, fondée par Jeanne Delanoue qui a vécu de 1666 à 1736.Le charisme étant l’attention aux plus pauvres, dans une vie de prière et apostolique.Avec deux accents principaux : “Mt 25, ce que vous avez fait aux plus petits … c’est à moi que vous l’avez fait …” et “Jn 13, le service, le lavement des pieds”. Nous sommes présentes à Madagascar, en Indonésie, au Mali.Nous sommes une communauté de 6, vivant à St-Marc, dont 4 viennent d’arriver de différentes régions. Nous essayons de vivre en inter générations et inter culturel, pour vivre ensemble la vie communautaire. C’est le Christ qui nous rassemble pour la mission, et nous tourne vers les autres par des relations multiples.La rencontre du Christ dans la prière chaque jour, nous ouvre à la rencontre des autres. Avec la situation sanitaire qui nous isole les uns des autres, nous empêche de nous ouvrir à de nouvelles connaissances, de nouveaux services, c’est un appel à renforcer notre vie de prière, d’attention aux autres, de vie fraternelle, d’entr’aide. Nous prions pour les personnes malades, isolées, en deuil qui nous sont confiées par téléphone.

    Accepter humblement cette vie cachée, essayer de regarder ce qui se vit de positif et d’en rendre grâce.

    Pendant ce confinement, nous avons fait l’expérience de ne pas se retrouver en communauté paroissiale, et en d’autres groupes de partage. Toute notre vie a été et continue d’être avec d’autres dans différents engagements, professionnels, sociaux, caritatifs, en église, en paroisse. Dans l’imprévu de chaque jour, les appels téléphoniques, nous essayons de rester attentives à leurs besoins ; le voisinage, le centre de rééducation fonctionnelle, la marche, dans la fidélité à l’appel reçu, et à l’écoute des uns des autres.

    Toute cette vie, ces amitiés partagées nous rendent heureuses, et voir que la mission continue par des jeunes qui s’engagent aujourd’hui dans la vie religieuse, dans les associations, nous donne de l’espoir.

  • un couple marié : “« Que chaque baptisé trouve son appel « Notre itinéraire chrétien a été jalonné par les sacrements, et en premier lieu notre baptême sur lequel s’est greffé notre sacrement de mariage. En ce sens, le sacrement de mariage que nous nous sommes donnés il y a quarante-cinq ans en l’église Saint-Nazaire a été un signe de notre vocation baptismale…..“…… (ci-après : Témoignage couple marié).

 

Vous pouvez également suivre cette célébration qui a été enregistrée : lien Facebook : https://www.facebook.com/100009813937419/videos/1406303573040094/

 

Marie-Mad RIPOCHE

Coordinatrice de la Mission Ouvrière St-Nazaire

missionouvriere.stnaz@catholique-nantes.cef.fr

06 89 50 31 53

https://photos.app.goo.gl/zeq7FCyoJ9Q7CWYy7

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *