Petit travail d’été… Cultiver l’Espérance…  

Tel était le théme de la fête paroissiale de fin d’année que je partage ici en guise d’éditorial à la veille des vacances d’été. Un texte de l’évangile nous a servi d’appui : « Le troisième jour, il y eut un mariage à Cana de Galilée. La mère de Jésus était là. Jésus aussi …Or, on manqua de vin. La mère de Jésus lui dit : « Ils n’ont plus de vin. » Jean 2, 1-11

« Ils n’ont plus de vin »… Au regard de l’état du monde aujourd’hui, bien des évènements nous poussent vers une certaine morosité. Montée de revendications identitaires, rejet de l’étranger, résolution des conflits par la violence, désillusion envers les institutions, le politique, l’économique. Le vin de la joie et de la fête vient à manquer et nous sommes plutôt enivrés par les discours qui abreuvent du vin mauvais de la défiance et du pessimisme. La crise sanitaire de son côté a accentué ce réflexe de fermeture, et il est difficile de reprendre le chemin de l’autre, de sortir, d’aller à la rencontre…

Comment dans ce contexte retrouver le gout des noces, de la vie aux accents de fêtes, de la joie des retrouvailles autour de projets qui réjouissent ? Peut-être en profitant de ces vacances pour laisser Dieu nous redire que la volonté de bâtir ensemble, d’aimer, de partager est le terrain même où il vient nous rejoindre pour redonner une espérance… Jésus rejoint les noces…pour changer l’eau en vin de fête…

Petit travail d’été… Exercice spirituel à vivre seul ou en groupe :

– Chacun repère une raison de douter, de désespérer de se replier en regardant le monde…(la liste des mauvaises nouvelles)

Mais… Aussitôt nommé et listé, essayons de nous dire tout ce qui se fait aussi de positif dans ce monde pour essayer de sortir de ces situations négatives… (Changeons l’eau aigre en vin nouveau…)

– A la fin de ce temps d’arrêt, essayons de constituer un menu de noce… Qu’est-ce que j’apporterai à la rentrée pour que la vie partagée dans nos communautés, dans notre monde retrouvent des airs de fête ?

A tous et toutes bonnes vacances donc… dans l’attente du menu de fête.

Gilles BAUDRY curé Notre Dame des Eaux

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.